RESSOURCES POUR LA PRÉVENTION DES RISQUES SUICIDAIRES
Header

Brief Reasons for Living inventory (BRFL): Bref inventaire des raisons de vivre

août 4th, 2020 | Publié par crisostome dans EVALUATION

Brief Reasons for Living inventory (BRFL)

Bref inventaire des raisons de vivre

Ivanoff A, Jang SJ, Smyth NJ, Linehan (1994)

AUTEURS : Ivanoff A, Jang SJ, Smyth NJ, Linehan MM. Fewer reasons for staying alive when you are thinking of killing yourself: the brief reasons for living inventory. J Psychopathol Behav Assess. 1994;16:1 – 13.

OBJECTIF : mesurer les caractéristiques d’adaptation au suicide.

DESCRIPTION : Le BRFL est une mesure d’auto-évaluation en 12 items destinée à évaluer les croyances et les attentes en matière d’adaptation à la vie. L’inventaire comporte six sous-échelles : la peur du suicide, la responsabilité envers la famille, les croyances de survie et d’adaptation, les préoccupations liées aux enfants, les objections morales et la peur de la désapprobation sociale.

Les 12 éléments sont notés sur une échelle de 6 points allant de (1) « pas du tout important » à (6) « extrêmement important » .

Des scores plus élevés sur l’échelle BRFL et sur ses sous-échelles reflètent davantage de raisons de vivre. La version allemande de l’échelle BRFL a été développée au moyen d’une procédure de traduction-traduction inversée selon les directives pertinentes pour la traduction des instruments psychométriques.

ETUDE: Brief reasons for living inventory: a psychometric investigation Jan Christopher Cwik, Paula Siegmann, Ulrike Willutzki, Peter Nyhuis, Marcus Wolter, Thomas Forkmann, Jeide Glaesmer and Tobias Teismann :

« La BRFL a démontré son utilité clinique initiale en différenciant les participants ayant des idées de suicide de ceux qui n’en ont pas : Dans un échantillon non clinique et un échantillon clinique, les participants ayant des idées de suicide ont également déclaré moins de raisons de vivre lorsqu’ils envisagent de se suicider que les individus sans idéation de suicide.

La CFA a révélé de bons indices d’ajustement du modèle à six facteurs (BRFL-12) et du modèle à cinq facteurs (BRFL-10). En conséquence, la structure factorielle supposée du BRFL élaboré par Ivanoff et ses collaborateurs peut être confirmée dans un échantillon allemand. En outre, étant donné que le modèle d’Ivanoff et al. était basée sur des prisonniers, les résultats de la présente étude peuvent également être considérés comme un appui au modèle supposé dans un échantillon plus représentatif, comprenant des patients cliniques. Toutefois, étant donné que les sous-échelles ne comportant que deux éléments ont tendance à être instables, des recherches supplémentaires concernant la stabilité du modèle sont encore nécessaires. Compte tenu du nombre d’items, les cohérences internes des BRFL-12, BRFL-10 étaient suffisantes. La validité conceptuelle de la BRFL a été confirmée par les associations attendues entre les scores totaux de la BRFL et un ensemble de mesures pertinentes telles que les idées suicidaires, la dépression, la perception du fardeau, le soutien social et une santé mentale positive. Des associations particulièrement fortes ont été constatées entre les sous-échelles de la BRFL « Responsabilité envers la famille », « Survie et croyances d’adaptation » et « Peur du suicide » avec les différents critères de mesure. Cependant, les sous-échelles de la BRFL « Objections morales », « Peur de la désapprobation sociale » et « Préoccupations liées à l’enfant » n’ont pas montré d’associations substantielles avec les différents critères de mesure. On peut supposer que – dans une société laïque comme l’Allemagne les objections morales ne concernent qu’un petit groupe de personnes qui envisagent de se suicider. La faible association entre la sous-échelle « Préoccupations liées à l’enfant » et les mesures associées pourrait être due au fait que les parents de jeunes enfants peuvent réagir différemment à des questions telles que « Je veux voir mes enfants grandir », que les parents d’enfants plus âgés . Il faut attendre les études futures sur ces aspects.

Les résultats actuels complètent les recherches précédentes qui montrent que les raisons de vivre expliquent la variance des idées de suicide qui n’est pas expliquée par d’autres facteurs de risque, comme la symptomatologie dépressive. Ainsi, il a été constaté que le BRFL a prédit de manière significative l’idéation suicidaire – même après avoir contrôlé l’âge, le sexe et la dépression. En outre, les raisons de vivre sont apparues comme un modérateur important de l’association dépression-idéation suicidaire. Les participants qui ont déclaré un grand nombre de raisons de vivre étaient moins susceptibles d’avoir des idées suicidaires, même si la gravité des symptômes de dépression était la plus élevée, que les participants qui ont déclaré de faibles raisons de vivre. Les raisons de vivre peuvent donc être considérées comme conférant une résilience . Dans le droit fil de ce constat, les théoriciens et chercheurs du suicide ont régulièrement fait valoir que l’état suicidaire est caractérisé par une ambivalence sur la vie et la mort. Brown et al. ont ainsi montré que l’équilibre relatif entre le désir de vivre et le désir de mourir constitue un facteur de risque prospectif utile pour un éventuel décès par suicide. Dans leur étude, les patients psychiatriques ambulatoires ayant une très forte orientation vers la mort avaient environ 6,5 fois plus de chances de mourir par suicide par rapport à ceux qui étaient plus ambivalents ou orientés vers la vie. (…)

Les résultats actuels fournissent des preuves préliminaires que la BRFL peut être une mesure fiable et valable des raisons de vivre adaptatives qui pourrait être utilisée dans les milieux cliniques et de recherche. Sur le plan clinique, elle peut être utilisée aussi bien comme une évaluation que comme une technique d’intervention. En tant que telle, elle pourrait être utilisée pour identifier les thèmes de protection qui sont les plus importants pour une personne qui envisage le suicide. Les cliniciens pourraient alors se concentrer sur ces thèmes avec l’intention de construire l’avenir par le renforcement des cognitions orientées vers la vie ».

Brief Reasons for Living inventory (BRFL)

Bref inventaire des raisons de vivre

Ivanoff A, Jang SJ, Smyth NJ, Linehan (1994)

Beaucoup de gens ont pensé au suicide au moins une fois. D’autres ne l’ont jamais envisagé . Que vous l’ayez envisagé ou non, nous sommes intéressés par les raisons qui sont les vôtres pour ne pas vous suicider si la pensée vous venait ou si quelqu’un venait à vous le suggérer.
Vous trouverez ci-dessous les raisons que les gens donnent parfois pour ne pas se suicider. Nous aimerions savoir quelle importance aurait pour vous chacune de ces raisons possibles à ce moment de votre vie, comme une raison de ne pas vous suicider. Veuillez le noter dans l’espace à gauche à chaque question.


Chaque item peut être noté de 1 (pas du tout important) à 6 (extrêmement important). Si
une raison ne s’applique pas à vous ou si vous ne pensez pas que l’affirmation soit vraie, alors elle n’est probablement pas importante et vous devez mettre un 1. Veuillez utiliser toute la gamme de choix afin de ne pas donner une note seulement au milieu (2, 3, 4, 5) ou seulement aux extrêmes (1, 6).


Même si vous n’avez jamais envisagé de vous suicider ou si vous croyez fermement que vous n’envisageriez jamais sérieusement de vous suicider, il est important que vous évaluiez chaque raison. Dans ce cas, évaluez la raison pour laquelle le suicide n’est pas ou ne serait jamais une alternative pour vous.


Dans chaque espace, mettez un chiffre pour indiquer l’importance que vous accordez à chaque raison de ne pas vous suicider vous-même.


1. Pas du tout important (comme raison pour ne pas me tuer, ou, ne s’applique pas à moi, je ne crois pas du tout cela).

2. Sans importance

3. Assez peu important

4. Assez important

5. Important

6. Extrêmement important (comme raison pour ne pas me suicider, j’y crois beaucoup et c’est très important).

1. J’ai peur de la mort. (BRFL-FS)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

2. Ma famille dépend de moi et a besoin de moi. (BRFL-RF)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

3. Je ne veux pas mourir. (BRFL-SC)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

4. L’effet sur mes enfants pourrait être néfaste. (BRFL-CC)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

5. J’aime et j’apprécie trop ma famille et je ne pourrais pas la quitter. (BRFL-RF)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

6. Mes croyances religieuses l’interdisent. (BRFL-MO)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

7. Je veux voir mes enfants grandir. (BRFL-CC)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

8. Je suis préoccupé par ce que les autres penseraient de moi. (BRFL-SD)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

9. Je considère que c’est moralement mal. (BRFL-MO)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

10. J’ai peur de l' »acte » réel de me tuer (la douleur, le sang, la violence). (BRFL-FS)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

11. Je ne voudrais pas que les gens pensent que je n’ai pas le contrôle de ma vie. (BRFL-SD)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

12. Je crois que je peux trouver un but dans la vie, une raison de vivre. (BRFL-SC)

1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6

BRFL Brief Inventory reasons for Living

 

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez commenter tout en bas. Les pings ne sont pas autorisés pour le moment.

Laisser un commentaire