RESSOURCES POUR LA PRÉVENTION DES RISQUES SUICIDAIRES
Header

La règle des 5 heures: l’entretien dirigé vers les solutions

mars 10th, 2020 | Publié par crisostome dans Intervention

Écouter le problème

Certains détracteurs des méthodes de travail axées sur la recherche de solutions ont critiqué le fait que les thérapeutes ne sont pas intéressés par les problèmes.  Les clients voudront toujours décrire ce qui les concerne et si le thérapeute tente de les en empêcher, ils y reviendront simplement plus tard et persisteront jusqu’à ce qu’ils pensent que le thérapeute a suffisamment entendu et/ou compris leurs préoccupations. Toutefois, nous ne voulons pas que le client occupe la totalité de la première séance avec des descriptions de problèmes. Une bonne partie de la séance devrait être consacrée à un « entretien de solution » plutôt qu’à un « entretien de problème » (de Shazer 1991, 1994). O’Hanlon (1993) a poursuivi en développant cette idée pour les clients qui habitent au « pays des solutions » ou au « pays des problèmes » lorsqu’ils rendent compte de leur situation. Les symptômes, les échecs, les implications du problème, les tentatives de solution ratées, etc. sont autant de caractéristiques du « pays des problèmes » ! Notre travail, en tant qu’intervenants, consiste à encourager nos clients à se déplacer vers le « pays des solutions », qui comprend des discussions sur le changement avant la séance, les exceptions, l’image miraculeuse, les petits pas, l’échelle des progrès et les objectifs du traitement. Pour aider à promouvoir cette idée dans les séances avec les clients, j’ai mis au point ce que j’appelle la « règle des 5 heures ».

Cette règle stipule que, au moins lors de la première séance, si nous pouvons encourager le client à décrire ses problèmes pendant environ 25 minutes sur une heure d’entretien (à 5 minutes de plus ou de moins), alors la majorité du temps peut être consacrée aux solutions. Bien entendu, l’exposé du problème ne se fera pas uniquement au début de la séance, car il est fort probable que des changements et des exceptions (tous deux dirigées vers l’exploration de solution) se produiront très tôt. La règle des » 5 heures » fait simplement référence à la répartition globale du temps disponible.

Ce qui est jugé utile ici, c’est que le thérapeute pose des questions de clarification et qu’il reconnaisse et valide autant que possible les préoccupations et les difficultés du client. Cela indique au client que le thérapeute l’écoute et qu’il fait de son mieux pour le comprendre. Les clients sont alors beaucoup plus susceptibles d’être ouverts à la recherche d’une solution.

https://www.amazon.fr/Preventing-Suicide-Solution-Focused-Approach/dp/047051809X

La question du miracle

Une fois que le thérapeute estime avoir une bonne compréhension du problème, il peut poser la « question du miracle » avec plus de confiance. Cette question, posée dans le but de produire des objectifs clairs et concis , est capable de produire des réponses étonnantes de la part du client. Seules des réponses réalistes et exploitables sont utiles, de sorte que le thérapeute peut devoir persister dans son questionnement pour aider le client à se faire une idée utile de ce qu’il aimerait voir se produire. Le thérapeute peut être amené à écarter d’emblée les réponses impossibles ou irréalistes, afin d’amener le client à trouver une réponse utile :
« Supposons que ce soir, pendant que vous dormez, un miracle se produise, de sorte que toutes ces préoccupations que vous venez de décrire aient disparu, seulement vous ne saurez pas que ce miracle s’est produit parce que vous dormez. Quel sera pour vous le premier signe, lorsque vous vous réveillerez demain matin, que ce miracle s’est effectivement produit ?

Souvent, il y a une longue pause et le client pense à ce qui sera différent. Dans de nombreux cas, sa première réponse à fi est « Je ne sais pas ». Les thérapeutes débutants peuvent être déconcertés par cette réponse pendant un certain temps et être découragés de poser la « question miracle ». La persévérance, cependant, est payante. Répondre à « Je ne sais pas » en gardant le silence s’avère souvent utile. D’autres réponses telles que « Faites semblant » (ou quelque chose de similaire) peuvent être utiles pour encourager le client à comprendre ce qui lui est demandé. Les questions subsidiaires : « Quoi d’autre ? »; « Et « Qui serait le premier à remarquer que ce miracle s’est produit ? »; « Que remarqueraient-ils ? » sont toutes utiles pour compléter les détails de l’image du miracle (l’image de ce à quoi ressemblera la vie du client après que le miracle se sera produit).

Objectifs

Comme le thérapeute encourage le client à compléter l’image du miracle par un interrogatoire habile, le client sera encouragé à développer des objectifs qui sont ce qu’on peut appeler « SMART ». Cela signifie qu’ils ne sont pas seulement petits, mesurables, réalisables, réalistes et limités dans le temps, mais qu’ils ont des qualités supplémentaires. La première d’entre elles est que les objectifs comprendront la présence d’un certain comportement positif, plutôt que l’absence de comportements négatifs (par exemple, « Quand je ne bois pas, je vais faire ‘X’ à la place » plutôt que « Mon objectif est de réduire ma consommation d’alcool à 1 pinte par jour »).
Exemple de cas
Peter avait été orienté vers une thérapie parce qu’il « devenait un alcoolique sérieux ». En posant la question du miracle, il a dit qu’après le miracle, il ne boirait plus. Le thérapeute aurait pu être tenté de co-construire des objectifs avec le client autour de « ne plus boire ». Au lieu de cela, pour s’assurer que les objectifs incluaient la présence d’un certain comportement positif, les questions suivantes ont été posées :

« Quand vous ne boirez pas autant que maintenant, que ferez-vous à la place ? » et

« A quoi voudrez-vous dépenser l’argent à la place ? »

Une autre caractéristique qui fait que l’objectif est « SMART+ » est qu’il inclut un comportement qui se produit déjà, quelque chose que le client commence déjà à faire. Ces informations peuvent être mises en évidence lors de la description du problème par le client et peuvent être motivées par les questions de changement de séance et les questions de recherche d’exception du thérapeute .

Enfin, le ou les objectifs qui se dégagent doivent être quelque chose dont le thérapeute et le client peuvent convenir que ça vaut la peine d’y travailler. Ainsi, un client suicidaire qui souhaite se fixer un objectif pour parvenir à sa propre mort dans un délai de six
mois serait inacceptable pour le thérapeute. Un objectif plus acceptable d’un point de vue éthique pour un tel client pourrait être de l’aider à peser toutes les possibilités à envisager avant de procéder à un nouvel examen de sa vie à une date ultérieure convenue.  Si notre travail avec les clients manque d’objectifs clairs, il est facile qu’il devienne sans direction et sans objectif. Pour diverses raisons, la question du miracle ne convient pas à tout le monde. Les thérapeutes qualifiés ont souvent l’impression qu’une alternative peut être plus appropriée.

https://www.amazon.fr/Preventing-Suicide-Solution-Focused-Approach/dp/047051809X

Exceptions au problème

Il est toujours utile de demander aux clients quelles sont les exceptions au problème. Si l’on se réfère aux principes fondamentaux, aux hypothèses de base et aux croyances exposées ci-dessus, aucun problème ne se produit tout le temps. Un buveur dépendant n’est pas ivre à cent pour cent du temps ; un client qui est une personne déprimée de façon chronique ne l’est pas dans la même mesure tous les jours ; et, une personne suicidaire n’est pas constamment suicidaire : il y aura des moments où elle le sera moins, voire pas du tout. Il convient de questionner, parmi une série de questions axées sur les solutions , pour susciter des exceptions au problème. Les questions les plus fréquemment posées sont les suivantes :
– « Parlez-moi d’une période où vous avez été moins déprimé ? »
– « Quand vous étiez juste un peu moins suicidaire, qu’est-ce que vous pensiez différemment à cette/ces occasion/s ?
– « Lorsque vous vous sentiez un peu plus optimiste quant à l’avenir, qu’est-ce qui était différent à ce moment-là ?
Dans les cas où le client a un état physique permanent qui ne s’améliorera pas et peut même s’aggraver, il est toujours possible de poser des questions de recherche d’exception. Ces questions portent généralement sur le thème de l’adaptation :
– « Parlez-moi d’une ou plusieurs fois où vous avez un peu mieux fait face à cette situation  »
– « Lorsque vous avez mieux géré les choses, qu’avez-vous fait/pensé différemment ?
– « Quel genre de choses vous dites-vous pour faire face à cette situation ? »
Souvent, des questions de recherche d’exception peuvent être posées une fois que le thérapeute a épuisé les questions subsidiaires à la question miracle. Avec l’encouragement du thérapeute, le client aura exposé le tableau du miracle aussi complètement que possible. À ce stade, le thérapeute peut poser des questions :
– « Je me demande si un petit morceau de ce miracle s’est produit ou s’il se produit déjà ? Dites-moi ce que vous savez à ce sujet ».
D’après mon expérience, dans plus de 95 % des cas, quelque chose d’utile s’est produit/ se produit, ce qui constitue une exception au problème … et fait partie du tableau miraculeux. Il appartient alors au thérapeute d’amplifier et de renforcer ce phénomène en posant les questions suivantes ou d’autres questions similaires :
– « Comment avez-vous fait pour que cela se produise ? »
– « Comment avez-vous su faire cela ? »
– « Qu’avez-vous appris en faisant cela ? »
– « Comment vous sentez-vous différemment par rapport à vous-même et à votre situation lorsque cela se produit ?
– etc.

https://www.amazon.fr/Preventing-Suicide-Solution-Focused-Approach/dp/047051809X

Utilisation d’échelle

L’un des outils les plus facilement adaptables est l’échelle 1-10. Il est si simple et pourtant très puissant dans le travail en individuel, car le thérapeute et le client partagent ensemble la situation du client et les progrès qu’il réalise. L’échelle peut être utilisée pour mesurer les progrès, la motivation ou la confiance.
Certains collègues préfèrent une échelle de 0 à 10, où 0 signifie ne pas avoir commencé sur l’échelle de progrès, aucune motivation ou aucune confiance. Ma préférence va à l’échelle de 1 à 10, la raison principale étant d’ordre psychologique. Même si le client dit qu’il n’a même pas commencé, au moins il se donne un 1. Je pense que c’est infiniment mieux que 0. Je trouve que c’est particulièrement important lorsque l’on travaille avec des clients suicidaires car le désespoir, l’impuissance et le vide peuvent imprégner leur expérience et un 1 au moins leur donne l’impression d’être au premier point sur l’échelle fi. L’échelle peut prendre de nombreuses formes.
La plus courante est l’échelle linéaire :


Il est préférable d’utiliser les progrès d’échelle après avoir demandé des exceptions (« lorsqu’une petite partie du miracle se produit déjà ») :

TH : Puis-je vous poser une autre question inhabituelle ?
CL : Oui.
TH : Sur une échelle de 1 à 10, où 1 signifie que le miracle ne s’est pas produit du tout et 10 que tout ce que vous avez décrit s’est produit, où en êtes-vous sur cette échelle de 1 à 10 ?
CL : Environ 2-3.
TH : Comment se fait-il que vous soyez à 2-3 et pas seulement à 2 ?
CL : [Le client donne les raisons]
TH : Que faudrait-il faire pour que ce soit un 3 « ferme » ou pour monter d’un demi-point de plus dans l’échelle ?
CL : [réponses du client]

J’ai constaté qu’une grande majorité des clients répondront entre 2½-4 sur la progression de 1 à 10 de la question miracle . Cela semble toujours être un encouragement pour le thérapeute et le client. Il n’est pas difficile d’apprécier l’importance de cette question pour les clients suicidaires. Ce dont les clients suicidaires ont désespérément besoin lors de la première séance, c’est d’un peu d’espoir pour remplacer leur désespoir, d’un peu d’optimisme pour remplacer le pessimisme et d’un peu du sentiment que le thérapeute croit qu’il est possible de continuer à vivre. Selon mon expérience, les personnes suicidaires et déprimées ont tendance à donner une note plus faible – peut-être 1, 1¼, 2, etc. Parfois, bien que rarement, ils donneront zéro ou un chiffre négatif. La beauté de l’outil d’évaluation est que n’importe quel chiffre (jusqu’à 10) est correct. Même dans les cas extrêmes, aucun chiffre bas ne pose problème.

Exemple
TH : Sur une échelle de 1 à 10, où êtes-vous actuellement ?
CL : -1000 . . .
TH : D’après ce que vous m’avez dit, toutes ces choses qui sont arrivées, et comment vous
n’ont pas très bien réussi jusqu’à présent, je peux comprendre que vous donniez une note très basse. Que devriez-vous faire pour arriver à -999 ?
[et ainsi de suite…]

L’échelle de motivation est utile dans les cas où le thérapeute n’est pas sûr de l’enthousiasme du client pour travailler sur ses problèmes. Il se peut qu’il ne soit pas tellement prêt pour le changement. (Plutôt que de parler en termes de
motivation – élevée ou faible – Fletcher Peacock (2001), dans son livre Water the Flowers, not the Weeds, utilise une terminologie plus utile sous la forme de « niveaux de coopération ».

Exemple
TH : Sur une échelle de 1 à 10, dans quelle mesure êtes-vous prêt à résoudre ce conflit avec votre belle-mère ?
CL : Oh, disons à 3½.
TH : Que devrait-il se passer pour que vous puissiez passer à 4 ?
CL : Peut-être que si je pouvais voir comment mieux m’entendre avec elle, cela  aiderait à améliorer mes relations entre ma femme et moi .

Il est utile d’augmenter la confiance, surtout si les clients se sentent dévalorisés ou manques d’assurance quant à la manière dont ils peuvent rassembler leurs forces et leurs ressources pour progresser. La confiance en soi va de pair avec l’estime de soi, donc trouver des moyens d’augmenter un peu la confiance d’un client conduira à une augmentation correspondante de l’estime de soi. Cela a ensuite un effet d’entraînement supplémentaire, renforçant encore la confiance en soi.

Exemple
TH : Sur une échelle de 1 à 10, où 10 signifie que avoir une pleine confiance en soi et 1 signifie ne pas en avoir du tout, dans quelle mesure êtes-vous maintenant confiant dans votre capacité à résoudre ce problème avec vos collègues de travail ?
CL : Je pense, peut-être seulement un 2 .
TH : Pourquoi donnez-vous un 2 et non un 1 ?
CL : Eh bien, Jacques est quelqu’un de bien, au fond.
TH : Que faudrait-il faire pour passer d’un 2 à un 2½ sur votre échelle de confiance de 1 à 10 ?
CL : Peut-être que si je pouvais parler à Jacques: voir s’il a des suggestions utiles pour aller de l’avant.

https://www.amazon.fr/Preventing-Suicide-Solution-Focused-Approach/dp/047051809X

 

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Vous pouvez commenter tout en bas. Les pings ne sont pas autorisés pour le moment.

Laisser un commentaire